Plus de vert dans ma cuisine

Publié le par Lil



J’ai décidé de séparer mes éco-posts en catégories, histoire que ce soit plus facile de trier les infos… y en a des trucs à dire !

Commençons avec le plus évident, vu le courant actuel du bio : le miam miam / la cuisine.

 

Ce que je fais déjà :

-         Acheter des fruits et légumes bios et/ou locaux.
Il y a en effet deux écoles ici… En même temps il ne faut pas être particulièrement malin pour comprendre que le potimarron bio d’Argentine, il est semi-bio vu qu’il a été transporté au mieux en bateau, au pire en avion, ce qui fait des tonnes de carburants utilisés alors que des potimarrons, y en a en Picardie (ou ailleurs, c’est un exemple) ! Il y a quand même des marchands qui se foutent un peu de nous… Dans ces cas là, vaut-il mieux acheter du avec pesticides mais sans transport, ou bien du sans pesticide gâcheur de pétrole ? Pour la santé, peut-être le premier, pour l’environnement, j’avoue que je n’en sais strictement rien ! Etant donné qu’il est moins cher de manger local (d’autant plus qu’il n’y a pas le prix du transport, du coup !) que bio, en général je choisis local. Et pis ça supporte nos petits paysans, en plus. Et bien souvent, en regardant bien on peut trouver des trucs « issus de l’agriculture raisonnée », qui est une sorte de semi-bio, dont on peut saluer l’effort (si ce n’est les résultats, vu que c’est pas contrôlé…).
Mon choix donc, toujours du local, si possible du bio. Le bas prix du local équilibrant un peu le haut prix du bio, on s’y retrouve. De plus, vu que maintenant j’ai un salaire, donc les moyens de payer du bio (pas à l’aise au point de jeter l’argent par les fenêtres quand même….), donc j’estime qu’il est de mon devoir de supporter l’agriculture bio jusqu’à ce que ça se démocratise et que les foyers plus modestes puissent également commencer à s’y mettre. Un truc pour repérer facilement le local, visez les fruits et légumes de saison ! En plus ça vous évitera une partie des cultures hors-sol (genre les tomates en hiver, elles sont hors-sol ! Arf mauvais exemple, je crois qu’elles le sont aussi en été…).

-         Acheter des produits industrialisés bios
Même chose ici, pour ce qui est thé, biscuits, sauce tomate, pâtes, miel, céréales etc, on est passés au bio. Pour tout ce qu’on peut, en particulier les produits d’usage courant cités ci-dessus. Ça n’empêche pas de prendre de temps en temps quelques plats préparés surgelés, mais franchement, c’est pas souvent. Quand il n’y a pas, comme pour les glaces par exemple, je choisis le moins trafiqué. Häagen et B&J’s s’en sortent bien par exemple. En plus le bio ça ouvre des perspectives gastronomiques, ça change un peu du quotidien, souvent on goûte des trucs bizarres type épeautre, algues, tofu, quinoa etc, dont certains sont très bons (non, pas tous… à vous de voir ;o)) ! Là encore certains bémols, comme mon thé bio donc chaque sachet est individuellement emballé dans un plastique « fraîcheur », le tout étant emballé dans une boîte en carton… Trop d’emballages, les gars ! Est-ce bien utile de faire un thé bio quand il faut une telle quantité d’énergie rien que pour l’emballer ? Arf… A part ces quelques couacs, beaucoup de marques bios sont correctes et font des efforts sur les ingrédients et l’emballage. Donc go. Encore une fois, c’est un peu plus cher, mais la mode est en train d’agir, les prix baissent car certaines grandes marques s’y mettent (notamment pour les biscuits), et on commence à avoir pas mal de produits type casino bio, largement abordables. Et en général les produits bios ont beaucoup moins d’additifs chimiques que les autres, donc c’est tout bénéf pour la santé (voire la ligne !). Attention quand même certains magasins font l’amalgame diététique/biologique. Oui mais non, chez bjorg on a peu d’additifs pas glop, mais peu de produits bios il me semble…

-         Acheter des machines économes en énergie

Notre nouveau frigo est classé A+, l’ancien est réutilisé chez mes parents (qui ont 3 frigos alors qu’ils sont 2…. Tellement de réserves qu’on pourrait vivre à 4 pendant 1 mois sans sortir de la baraque…Passons….). Economie d’énergie = économie de sousous + moins d’énergie à produire pour nous = baisse des ressources mises en œuvre = on respire un peu mieux

- Utiliser avec parcimonie nos appareils énergivores

Les plaques électriques c’est sympa mais pas économe, car ça garde la chaleur loooongtemps. Donc j’ai pris l’habitude d’éteindre la plaque un peu avant la fin de la cuisson, c’est toujours ça de gagné. Et bien sûr, on fait une utilisation extensive de couvercles sur nos casseroles pour diminuer les temps de cuisson.

Nous avons un lave-linge/sèche-linge dans notre cuisine, donc je laisse ça dans le chapitre cuisine (oui, c’est arbitraire). Bon déjà, qu’on se le dise, sécher en sèche-linge c’est vraiment pas top, quand on sait que l’air fait ça très bien, et gratos en plus. Sauf que notre appart est minuscule, quand on étend le linge il faut raser les murs pour se déplacer, et c’est pas feng shui. J’essaye quand même d’étendre un max de linge, genre tard le soir, comme ça ça sèche la nuit et la journée et quand je rentre du boulot le soir je n’ai plus qu’à ranger ( pffff… m’enfin faut bien le faire, hein). Il n’empêche que pour ¼ des lessives environ je craque et je fais du sèche-linge, surtout quand on n’a plus d’étendoir de libre (vu que j’ai tendance à lancer les lessives quand on a presque plus de fringues à se mettre, ça fait des bonnes séries de lessive ! arf !). Promis, quand j’aurai un grand jardin, j’installerai des fils à linge et je sècherai tout dehors ! Mais d’ici là … On a une semi-dérogation ;o)

- Réduire les papiers d’alu et cellophanes

Ces trucs ne servent à rien qu’un bon petit Tupperware ne puisse faire tout aussi bien tout en étant réutilisable. Ça doit faire un an que je n’ai pas acheté de papier d’alu et le cellophane n’est utilisé qu’au micro-onde (rare) ou pour couvrir les saladiers dans le frigo (pas de couvercle assez grand…).

-         Réduire ma « fraction carnée »

De ce qu’on nous dit, l’élevage du bétail est la première source de gaz à effet de serre parce que les vaches… rotent du méthane. C’est pas glamour mais c’est comme ça. En plus il faut des hectares de grains (pleins de pesticides) pour nourrir la vache qu’on mange, alors qu’on pourrait être dix fois plus à table si c’était les grains, qu’on mangeait. Du coup, Einstein le disait déjà, l’avenir de l’humanité, c’est de devenir végétarien. Maiheuuu, c’est bon la viande, quand même. Du coup je ne me sens pas prête à tout arrêter comme ça, on est omnivores après tout ! Certes, mais je ne ressens pas non plus le besoin de manger un gros steak à tous les repas. On a toujours tendance à se faire des repas viande+légumes alors que rien ne nous y oblige ! Ça nous fait bieeeen plus de protéines que nécessaire. Du coup depuis quelques mois, chez nous le soir la viande n’est plus obligatoire, et si elle est là, c’est en petites portions généralement, et bien plus souvent du poulet ou du porc que du bœuf. On n’a pas réduit lait et fromages par contre, alors que c’est à peu près le même problème du côté des éructations bovines (pourtant on « réutilise » la vache, alors c’est moins pire, non ?). Je mange également toujours de la viande à midi, c’est pas tellement que j’ai envie, mais déjà que la viande est pas top à la cantine, si je dois me contenter de la purée de carottes liquide et insipide, je vais me tirer une balle… Quand les légumes paraissent comestibles cependant (soit une fois par trimestre…) je ne prends pas de viande non plus à midi. L’avantage, c’est que la viande étant chère, en manger moins ça compense pas mal la cherté des légumes bio ! Autre chose, nous sommes devenus adeptes de la notion de « happy meat » (viande heureuse, oui) : j’assume mon régime omnivore, je suis consciente qu’on tue des animaux pour moi, je trouve ça « naturel » dans un certain sens, par contre vu que je ne tue pas ma viande moi-même (ce qui serait plus naturel ! si c’était le cas, on règlerait direct le problème de l’effet de serre, non ? Les ¾ des gens deviendraient végétariens direct ! J’ai toujours détesté les gens qui rechignent à admettre les réalités de l’abattoir tout en avalant des entrecôtes….), je veux au moins garantir à ma victime une vie correcte. Ça fait donc belle lurette que l’on ne choisit que des volailles qui ont pu courir et manger du grain, idem pour les œufs qui vont avec. Pour les 4 pattes c’est plus difficile de sélectionner malheureusement… Il n’y a que quand c’est bio qu’on a un peu plus de garantie, mais la viande bio reste rare par chez nous (ça tient pour le lait, par contre).

 

 

Ce que j’envisage :

-         Passer au tout bio/local/de saison pour les fruits et légumes
Ça demande du temps pour les repérages des bons magasins en fait, mais on y arrive peu à peu, du moins pour le local. Pour le bio, faudrait qu’on se lève tous les samedis matin pour le marché, c’est plus dur ;o) Et empêcher beau blond de manger des tomates en novembre, c’est pas toujours facile non plus. En tout cas j’ai bien l’automatisme maintenant, je repose quand c’est pas marqué France sur la pancarte, et franchement, j’ai peu de regrets (sauf pour les avocats et les bananes…on a réduit, mais bon, pourriez pas faire pousser des avocats, dans le sud, là ? Ah oui, la Martinique c’est la France, mais non, ça compte pas pour du local, tricheurs !)

-         Passer au tout bio pour les produits industrialisés

Je vais avoir du mal à renoncer au chocolat au lait Lindt (le chocolat bio casino il a goût de café !!C’est bizarre non ?), mais je me dis que si j’y arrive je mangerai vachement moins de cochonneries… Ça pourrait m’aider à perdre un peu de gras, et de toute façon, j’aurai les artères plus heureuses de vivre.

-         Remplacer nos Tupperwares par des récipients en verre

Bah oui, le plastique c’est du pétrole, et ça relargue des choses dans la bouffe en plus…

-         Remplacer nos casseroles par des casseroles écolo

Soit sans revêtement antiadhésif (pas cher mais faut de l’huile de coude), soit avec un revêtement écolo (comme la marque Evergreen, en plus les casseroles sont vertes, trop mignonnes ! Mais ça coûte bonbon…). Les nôtres sont des ikéas, et non seulement leur revêtement n’est pas glop, mais en plus elles durent pas, c’est hyper pas écolo ! Pour info, les revêtements anti-adhésifs des casseroles classiques sont blindés de métaux lourds... A bon entendeur...

-         Devenir quasi-végétarienne

Je tiens à mon régime omnivore, mais je pourrai sans trop de difficultés passer à une viande par semaine je pense. Faudrait juste que je sois un peu plus soutenue par mon entourage (et ma cantine, nom de Zeus), et que je potasse un peu plus les recettes de grains pour avoir du roboratif à table.

 

Ce que j’aimerais, mais bon je peux pas :

-         Un lave-vaisselle !

Je ne peux pas trop me plaindre, c’est beau blond qui fait la vaisselle, mais ça prend du temps, la vaisselle dure moins longtemps, et c’est prouvé, on utilise plus d’eau (parce qu’on n’a qu’un seul bac, donc on est obligés de laisser couler le robinet tout du long…). Un lave-vaisselle, le rêve… Sauf que là, si on met un lave-vaisselle dans la cuisine, on ne peut plus y aller… :o \

Voilà un post qu'il était loooong ! Désolée... J'essayerai de me résumer un peu plus à l'avenir !
Et vous, que faites vous comme éco-gestes dans votre cuisine ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article